Rencontre avec May Reguera, actrice et photographe pour le magazine de mode Garbos

Gabros 1

Un magazine de mode à Cuba ?

Et oui, effectivement, il existe bel et bien un magazine de ce genre à Cuba. C’est d’ailleurs le seul et l’unique. Disponible en ligne c’est un magazine de mode, mais pas seulement, on y retrouve également d’autres thèmes comme le bien être ou encore la culture. May Reguera y travaille en tant que photographe et a pu nous dévoiler certains dessous de son métier.

À Cuba, aucun critère de beauté, toutes les femmes sont belles et méritent d’apparaître dans le magazine cubain. Les candidatures sont libres et aucune limite d’âge n’est fixée. Une femme de 70 ans avec des rides qui représentent les trajectoires de sa vie est toute aussi belle que les jambes d’un mannequin d’1 mètre 80. May Reguera nous expliquait qu’à Cuba la taille 34 n’était absolument pas un critère pour être mannequin. Leur choix s’oriente plus vers des beautés atypiques, peu communes qui feront la différence. Les physiques sont tellement différents à Cuba que toutes les femmes ne se ressemblent pas et cela forme une grande diversité. Elle nous racontait que certains cubains ne la croyaient pas lorsqu’elle disait qu’elle était cubaine. Toute menue, la peau très claire et les yeux verts, rien ne laisse soupçonner sa nationalité cubaine. Mais cette grande diversité la fascine et rend son travail encore plus passionnant et différent. Capturer l’instant et le rendre immortel.

Avant d’être derrière l’objectif, elle s’est longtemps trouvée devant. Actrice très connue à Cuba, elle a joué dans plusieurs films comme Capgras réalisé par Diego Sanchez. Elle s’est beaucoup épanouie dans cet univers et c’est justement à la suite de cela, qu’elle a voulu se retrouver de l’autre côté afin d’être cet artiste qui rend les gens beaux. Nous avons eu la chance de pouvoir regarder son travail qui est d’une incroyable qualité. En ville ou en campagne, ses clichés sont d’une beauté certaine.

Merci à elle pour son discours passionnant sur cet univers, si peu évoqué lorsqu’on pense à Cuba.

Blanche, Sophie & Sofia

Publicités