Moros y Cristianos – Céline F & Stéphanie

Que c’est bon de manger, de se retrouver en tête à tête avec un plat que l’on affectionne tout particulièrement ! Vous savez, ce moment où on se rend compte qu’il nous en faut peu pour être heureux ? Les gourmands vont sans doute trouver leur compte en lisant ces quelques lignes et les curieux vont s’y attarder ! A vos tabliers, dans cet article, vous êtes dorénavant nos commis !

Toutes deux amoureuses des plats traditionnels de nos pays d’origine respectifs, c’est avec l’eau à la bouche que nous avons choisi de vous cuisiner cet article.

  • Ça t’évoque quoi Cuba ?

  • Cuba ? Ben…El Che et…les voitures plus belles les unes que les autres.

A en croire les réponses des étudiants interrogés dans les couloirs de la fac, Cuba se résume principalement par son histoire politique et ses voitures atypiques reflétant l’Amérique des années 50. C’est une vérité qu’on a envie d’élargir en vous parlant du plat nommé Moros y Cristianos (traduction = maures et chrétiens) qui fait partie de l’identité nationale cubaine.

Ce plat typiquement cubain est également nommé “los moros” ( les maures) ou encore “arroz moro” ( le riz maure). Il est internationalement reconnu et très présent dans la culture caribéenne ainsi que dans la culture brésilienne. Ce véritable bijou gastronomique qui mélange riz et haricots noirs a été dégusté par le peuple cubain de génération en génération du fait de son incroyable saveur et de son grand apport en protéines.

Quelle est l’Histoire de ce plat succulent  ?

Le riz est un aliment de base à Cuba depuis très longtemps. En effet, depuis l’époque coloniale jusqu’à la formation de la République cubaine, ce plat est passé par plusieurs Etats, avant même de faire partie du patrimoine national. René Vasquez Diaz, dans son ouvrage El sabor de Cuba  nous explique très bien l’importance du riz chez le peuple cubain :

“Les Arabes ont introduit le riz en Espagne, et les Espagnoles l’ont introduit à Cuba, qui est devenu l’accompagnement par excellence à Cuba. Peu importe ce qu’on dise, ou à quelle  classe sociale ils appartiennent, et qu’ils habitent en Australie ou en Norvège, les Cubains qui n’ont pas eu l’occasion de manger du riz ont toujours l’impression de ne rien avoir mangé. Le Cubain n’aime pas le riz pâteux.[…]”.

© Photo issue du livre El Sabor de Cuba – René Vazquez Dias

Pourquoi s’appelle-t-il ainsi ?

Cuba, ancienne colonie espagnole, a conservé beaucoup de son héritage colonial dans tout ce qui a voir avec la culture du pays. Les Maures et les chrétiens font allusion à la période de domination arabe en Espagne.  Il y avait d’un côté les Maures ( noirs et arabes) et de l’autre les chrétiens ( blancs et blonds). D’ailleurs, le riz a été introduit en Espagne par les Arabes, après un séjour au Moyen-Orient.

 

Moros y cristianos vs. Arroz Congri  ******

Très souvent on a confondu ces deux plats traditionnels cubains. D’ailleurs, la plupart des cubains,  se trompent en appelant le fameux moros y cristianos “congri”. Mais le fait étant que ce sont deux choses distinctes.

Comme il a été précédemment expliqué le plat moros y cristianos est fait  à base de riz avec haricots noirs:

Moros y Cristianos 3© Photo issue du livre El Sabor de Cuba – René Vazquez Dias

A ne pas confondre avec le Congri qui est fait à base de riz et de haricots rouges:

Moros y Cristianos 4© Photo issue du livre El Sabor de Cuba – René Vazquez Dias

Ceci dit, le Congri est en réalité un héritage franco-africain. Ce nom fait référence au terme africain  “cong” qui signifie haricot et “riz” en français. C’est une fusion des deux.

Quels sont les accompagnements traditionnels de ce plat créole?

Souvent de “Platanos fritos” (bananes frits):

Moros y Cristianos 5© Photo issue du livre El Sabor de Cuba – René Vazquez Dias

Et de la fameuse “Ropa Vieja” ( littéralement ‘ vieux vêtements’) qui consiste en une préparation à base de viande de boeuf déchiquetée imitant la texture des vieux vêtements :

Moros y Cristianos 6© Photo issue du livre El Sabor de Cuba – René Vazquez Dias

A 639 kilomètres de Cuba…

D’autres pays de la Caraïbe partagent des histoires culinaires similaires. Allez venez avec nous, nous n’irons pas très loin. Prenant le cas d’Haïti et sa fameuse Soupe Joumou cuisinée chaque jour de l’an.

Moros y Cristianos 7© Assiette Creole by Frénie _ YouTube

Ce plat composé principalement de citrouille, de boeuf et de macaronis est synonyme de révolte et du soulèvement du pouvoir colonial de l’époque. Les esclaves haïtiens n’avaient en effet pas le droit d’en boire par conséquent depuis le jour de l’indépendance haïtienne (1er janvier 1804), pouvoir la préparer et en manger sans guetter de quelconques représailles, symbolisent la victoire de leur résistance face à l’oppression coloniale.

Et vous, connaissez-vous l’histoire du plat traditionnel de votre pays d’origine ?

Stéphanie Pairol Leal & Céline Fleuzin

 

Publicités